English Español

Accueil > Présentation > Motivations








Rechercher


Motivations

par Veronique Chaffard - 4 mars 2014 ( maj : 25 août 2015 )

La variabilité du climat de la zone intertropicale a un impact global (c’est la source chaude du climat de la planète) et régionale, les populations de ces régions étant vulnérables aux aléas résultant de cette variabilité. En Afrique de l’Ouest, un épisode de sécheresse étalé sur 30 ans a provoqué les famines de 1972-1973 et 1984 sur le Sahel, et tarit le débit des cours d’eau. Ainsi, le débit moyen annuel du Niger à Niamey est passé de 1060 m3/s sur la période 1929-1968 à 700 m3/s. Au Bénin, les écoulements des rivières ont pour leur part diminué de 40%.

L’évolution de la végétation interfère avec la variabilité du climat. Ainsi, certaines nappes ont accusé des baisses significatives de leur niveau moyen, alors que localement (cas de la région de Niamey) on a observé une remontée à partir de la fin des années 70, bien que la période sèche se soit prolongée jusqu’au milieu des années 90. Une explication possible de ce dernier phénomène est la diminution de la couverture végétale et les conséquences qui en découlent sur le ruissellement et le remplissage des mares qui alimentent les nappes.

Ceci illustre combien l’impact hydrologique de la variabilité climatique résulte d’une série de processus qui sont en forte interaction les uns avec les autres. Comprendre, quantifier et, à terme, prévoir cet impact requiert de mener des études globales et multidisciplinaires. La compréhension des liens entre les fluctuations climatiques et le cycle hydrologique dans la ceinture intertropicale est donc un enjeu important, tant au plan des connaissances scientifiques qu’à celui du développement de ces régions.
 

© T. Vischel



Laboratoires porteurs de l’observatoire :

Géosciences Environnement Toulouse     HydroSciences, Montpellier     Institut des Géosciences de l'Environnement, Grenoble


Crédits et mentions légales | Contact | Plan du site | © Kit SPIP OSUG v.1.3 (2017)