English Español

Accueil > Actualités > Rain Cell Africa : les antennes relais se transforment en pluviomètres








Rechercher


Rain Cell Africa : les antennes relais se transforment en pluviomètres

par Sylvie Galle - 22 juillet 2015 ( maj : 6 octobre 2015 )

Les laboratoires LTHE de Grenoble, GET de Toulouse et Lame de l’Université de Ouagadougou ont mis en oeuvre avec succès une méthode innovante d’estimation des pluies au Burkina Faso (Doumounia et al, GRL 2014). Cette technique est basée sur l’affaiblissement par les précipitations de la puissance du signal transmis entre deux pylônes de télécommunication de téléphonie mobile. Elle présente de nombreux avantages du à la densité des réseaux urbains et inter-urbains, son faible coût d’exploitation, sa grande fiabilité et offre la centralisation des données . En Afrique sub-saharienne, où le développement humain et économique est fortement lié à la précipitation, la méthode Rain Cell Africa offre une alternative pour palier aux déficit des réseaux de mesure nationaux.

Pour en savoir plus :





Dans la même rubrique :



Laboratoires porteurs de l’observatoire :

Géosciences Environnement Toulouse     HydroSciences, Montpellier     Institut des Géosciences de l'Environnement, Grenoble


Crédits et mentions légales | Contact | Plan du site | © Kit SPIP OSUG v.1.3 (2017)